Glossaire

Le glossaire suivant a été créé pour aider à clarifier les informations contenues dans ce site. S'il vous plaît noter que les définitions ci-dessous sont données dans le contexte spécifique de la dystonie, et que certains des mots et des phrases peuvent avoir des significations supplémentaires et des conséquences qui dépassent la dystonie.

A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z | Close ~ Fermer
 
Accident anoxique: L'anoxie et la diminution importante de la quantité d'oxygène distribuée par le sang aux tissus. L'anoxie est la conséquence de l'anoxémie (diminution de la quantité d'oxygène contenue dans le sang).

(revenez à l'index)

AEE: Acides aminés excitateurs, agissent au niveau des fibres C.

(revenez à l'index)

AAI: Acides aminés inhibiteurs, agissent au niveau des grosses fibres (cf.GABA).

(revenez à l'index)

Acetylcholine: Neurotransmetteur du cerveau qui stimule les nerfs moteurs.

(revenez à l'index)

Addiction: État de dépendance vis-à-vis d’une drogue (synonyme: assuétude, dépendance).

(revenez à l'index)

ADN: L'acide désoxyribonucléique (ADN) est une macromolécule (molécule géante) qui se présente sous la forme de deux brins complémentaires enroulés l'un autour de l'autre en double hélice. L'ADN est le constituant principal des chromosomes, donc du support du matériel génétique. L'ADN déroulé s'étire en un très long fil qui est constitué par un enchaînement de quatre substances chimiques symbolisées par leur première lettre : A (Adénine), T (Thymine), C (Cytosine) et G (Guanine). Leur enchaînement précis constitue le message génétique.

(revenez à l'index)

Afférente: Caractérise une fibre nerveuse qui transmet les impulsions nerveuses de la périphérie vers les centres, c’est-à-dire vers la moelle épinière, puis vers le cerveau (synonyme: voies ascendantes, voies sensitives).

(revenez à l'index)

Âge de survenue: L'âge habituel de survenue d'une situation déclenchante de la pathologie.

(revenez à l'index)

Agoniste: Médicament qui agit en mimant l'action d'une autre substance.

(revenez à l'index)

Akathisie: Besoin incoercible de bouger, incapacité à rester en place avec parfois déambulation (tasikinésie), pouvant être induit pas les neuroleptiques. A distinguer du syndrome d'impatiences des membres inférieurs.

(revenez à l'index)

Akinésie: Absence de mouvement complète ou partielle.

(revenez à l'index)

Algie: (du latin “algos”, douleur), terme qualifiant une douleur quels qu’en soient la cause, le siège et les caractères.

(revenez à l'index)

Algodystrophie: appelée aussi dystrophie réflexe d’origine sympathique. Elle caractérise un syndrome douloureux de l’extrémité des membres, s’accompagnant de troubles vasomoteurs secondaires à un traumatisme ostéo-articulaire sans lésion des troncs nerveux périphériques.

(revenez à l'index)

Algogène: Se dit de substances chimiques capables de produire une douleur.

(revenez à l'index)

Algohallucinose: Sensation douloureuse d’un membre absent à la suite de son amputation.

(revenez à l'index)

Algométrie: Méthode permettant de mesurer le seuil de perception de la douleur.

(revenez à l'index)

Algoneurodystrophie: ou algodystrophie est un syndrome douloureux caractérisé par un ensemble de symptômes, dont les sensations de cuisson, touchant des articulations après un traumatisme ou une intervention chirurgicale même minimes. Ce syndrome pourrait être dû à des causes neurologiques notamment des lésions des petits nerfs périphériques.
 
Il est également appelé Syndrome Douloureux Régional Complexe (SDRC) de type I ou II (II s'il y a un dommage d'un nerf cutané)

(revenez à l'index)

Allodynie: Douleur provoquée par un stimulus normalement indolore.

(revenez à l'index)

Anamnèse: Faire remonter les souvenirs, c'est-à-dire, le récit des antécédents.

(revenez à l'index)

Analgésie: Abolition de la sensibilité à la douleur, ou élimination des sensations de douleur spontanée ou provoquée, sans modification du niveau de conscience

(revenez à l'index)

Analgésiques: Médicaments capables de réduire une sensation douloureuse spontanée ou provoquée. Employé comme adjectif, il qualifie une zone insensible à la douleur.

(revenez à l'index)

Anesthésie: Abolition totale, locale ou générale de la sensibilité à tous les modes (tactile, thermique et douloureuse), sous l’influence de drogues ou d’agents physiques.

(revenez à l'index)

Anesthésie douloureuse: Douleur ressentie dans une zone ou une région totalement anesthésiées.

(revenez à l'index)

Antalgique: Se dit de tout effet qui diminue ou supprime la sensation de douleur.

(revenez à l'index)

Anticholinergique: Médicament blocant l'action de l'acetylcholine sur les cellules nerveuses.

(revenez à l'index)

Anticorps: Substance protéinique élaborée par les lymphocytes du sang (globules blancs) en réaction à l’introduction d’une substance étrangère dans l’organisme.

(revenez à l'index)

Antigène: Substance étrangère qui provoque la formation d’un anticorps spécifique.

(revenez à l'index)

Antioxydant: Agent prévenant la perte d'oxygène dans les réactions chimiques.

(revenez à l'index)

Aphasie: Incapacité de s'exprimer à travers le langage.

(revenez à l'index)

Aphonie: Signifie une perte plus ou moins importante de la voix d’apparition rapide (aiguë) ou durant dans le temps (chronique). Généralement précédée d’une modification du timbre de la voix (dysphonie), l’aphonie est ce que l’on appelle communément une extinction de voix.

(revenez à l'index)

Apparition précoce: Une catégorie de la dystonie dans lequel les symptômes se manifestent dans l'enfance, généralement avant l'âge de 30 ans. Le début terme «enfance» peuvent également être utilisés.

(revenez à l'index)

Arnold (névralgie du nerf): Caractérise une névralgie cervico-occipitale siégeant dans le territoire sensitif du 2ième nerf cervical.

(revenez à l'index)

Arthralgie: Douleur articulaire.

(revenez à l'index)

Arthrose: Affection dégénérative d’une articulation.

(revenez à l'index)

Astéréognosie: C’est l’incapacité d’identifier un objet par le toucher, sans l’aide de la vue, en l’absence d’un déficit sensitif ou moteur élémentaire.

(revenez à l'index)

Astérixis: Relaxation musculaire brève suivie par un mouvement passif contre la pesanteur (myoclonie négative), p.ex. chutes brèves irrégulières des doigts ou du poignet, lors du maintien de la position main tendue pouvant ressembler à un tremblement irrégulier.

(revenez à l'index)

Asthénie: Diminution ou perte des forces physiques et psychiques.

(revenez à l'index)

Asymptomatique: Absence de symptômes ou de signes cliniques décelables.

(revenez à l'index)

Ataxie: Incoordination des mouvements.

(revenez à l'index)

Ataxie pariétale: Des troubles moteurs, sous la forme d’une main instable ataxique, avec troubles de la coordination lors de l’épreuve doigt sur le nez, les yeux fermés.

(revenez à l'index)

Athétose: Également connu sous le nom de Choréo-athétose désigne un mouvement involontaire, incontrôlable, incoordonné (muscles agonistes et antagonistes), lent et sinueux (reptatoire mimant le mouvement d'un reptile) des membres surtout, du tronc et du visage. Elle entraîne une hypermobilité et donc une incapacité de réaliser un repos musculaire autrement que pendant le sommeil.

(revenez à l'index)

Atypique: Qui diffère du type normal, habituel. Inclassable.

(revenez à l'index)

Aura: Phénomène précédant la crise migraineuse.

(revenez à l'index)

Autosomes: Chromosomes n’intervenant pas dans la détermination du sexe. Chez l’être humain, ce nombre est de 46 : 44 chromosomes autosomes, et 2 chromosomes sexuels (X.X. chez la femme et X.Y. chez l’homme).

(revenez à l'index)

Autosomique dominant: Correspondant à une maladie pouvant apparaître même si l’individu ne possède qu’un seul gène situé sur un chromosome non sexuel, possédant des capacités dominantes. Ce qui veut dire que chaque enfant d'un parent porteur du gène anormal a un risque de 50% d'hériter ce gène. Un sujet porteur du gène peut présenter des signes cliniques de la maladie (pénétrance) ou peut ne pas présenter de symptômes du tout.

(revenez à l'index)

Autosomique récessive: Qui correspond à une maladie apparaissant à condition que l’individu possède les gènes (codant pour la maladie) situés sur deux chromosomes non sexuels

(revenez à l'index)

AVC: L’Accident Vasculaire Cérébral survient lorsque le sang n’irrigue plus correctement une zone du cerveau. Cela peut être dû à un caillot venant obstruer une artère, ou à la rupture d’un vaisseau. Privés d’oxygène, les tissus meurent rapidement.
 
Un AVC est aussi appelé attaque cérébrale, congestion cérébrale ou apoplexie.

(revenez à l'index)

Axone: Prolongement d’une cellule nerveuse ou neurone (synonyme: fibre nerveuse)

(revenez à l'index)

Bêta-bloquants: Médicaments capables de bloquer l’activité des médicaments bêta-adrénergiques.

(revenez à l'index)

Bilatéral: Des deux côtés... dans quelques cas, la dystonie peut être « bi-focale » c’et à dire concerner des parties du corps qui ne sont pas adjacentes : par exemple une dystonie laryngée associée à une crampe de l’écrivain.

(revenez à l'index)

Blépharite: Inflammation de la paupière due à une infection ou une allergie.

(revenez à l'index)

Blépharospasme: Problème des muscles des paupières, qui entraîne la fermeture de ces dernières. Les spasmes peuvent devenir suffisamment fréquents pour empêcher le sujet de bien voir, bien que ses yeux et sa vision soient normaux. D'autres muscles du visage peuvent également être atteints, entraînant des grimaces ou d'autres distorsions faciales.

(revenez à l'index)

Bloc anesthésique: Interruption temporaire de la transmission sensitive et douloureuse par l’injection locale de substances anesthésiques (xylocaïne) au contact d’un nerf sensitif ou d’un plexus nerveux.

(revenez à l'index)

Bradykinésie: Ralentissement des mouvements.

(revenez à l'index)

Causalgie: Syndrome associant une douleur intense continue à type de brûlure, une allodynie et une hyperpathie secondaire à une lésion nerveuse traumatique. La douleur s’accompagne aussi de troubles fonctionnels vasomoteurs, sudorals, voire trophiques. Voir... SDRC (Syndrome Douloureux Régional Complexe) de type I ou II (II s'il y a un dommage d'un nerf cutané)

(revenez à l'index)

Cécité: Perte de la vue.

(revenez à l'index)

Cénestopathie: Impression de douleur dans une partie du corps en l’absence de toute lésion organique.

(revenez à l'index)

Céphalée: Dénomination générique de toutes les douleurs siégeant au niveau de l’extrémité céphalique, c’est-à-dire de la tête (crâne et face).

(revenez à l'index)

Chorée: Mouvement anormal arythmique, brusque, rapide (plus rapide que le mouvement dystonique et plus lent que la myoclonie), aléatoire, imprévisible et chaotique souvent de rotations.

(revenez à l'index)

Chromatide: Chacune des "moitiés" d'un chromosome dans sa forme en X.

(revenez à l'index)

Chromatides soeurs: Les deux chromatides d'un même chromosome.

(revenez à l'index)

Chromatine: Le génome entier (ADN et protéines) dans sa forme longue et filamenteuse typique de l'interphase (période entre deux mitoses).

(revenez à l'index)

Chromosome: Chacun des éléments essentiels du noyau cellulaire visibles sous forme de bâtonnets lors de la mitose. Chaque chromosome se divise de façon longitudinale, donnant naissance à deux filaments jumeaux parfaitement égaux. Le nombre des chromosomes est constant pour une espèce déterminée (46 chez l'homme). Ils sont constitués essentiellement d'une double chaîne d'acide désoxyribonucléique (ADN) et sont les supports des gènes.
 
Les chromosomes autosomiques ou autosomes (44 chez l'homme) n'interviennent pas dans la détermination du sexe alors que les chromosomes sexuels (2 chez l'homme) sont ceux qui déterminent le sexe (on connaît les deux types X et Y, dont la combinaison XX est celle du sexe féminin et la combinaison XY celle du sexe masculin).

(revenez à l'index)

Cordotomie: Opération chirurgicale consistant à sectionner le faisceau nerveux véhiculant la sensation douloureuse à l’intérieur de la moelle épinière.

(revenez à l'index)

Cortex: ou «écorce cérébrale», couche externe du cerveau constituée par les corps cellulaires des neurones. C’est la substance grise.

(revenez à l'index)

Crampe: Contraction douloureuse, paroxystique (= brutale) d'un ou plusieurs muscles synergiques avec durcissement du muscle (ou des muscles) pendant quelques secondes.

(revenez à l'index)

Crampe de l'écrivain: Dystonie de fonction de la main, dans laquelle les muscles de la main et de l'avant-bras se contractent quand la personne veut écrire. La main peut être si contractée autour du stylo qu'elle ne peut pas bouger. Dès qu'on enlève le stylo de la main, celle-ci se détend.
 
Une crampe similaire, la «crampe du musicien», peut se développer chez le violoniste quand il utilise son archet ou chez le joueur de flûte qui déplace certains doigts le long de sa flûte.

(revenez à l'index)

Cogwheeling: Tremblement ressenti dans un membre lorsque celui-ci est manipulé par un examinateur.

(revenez à l'index)

Convulsions: Contractions violentes involontaires des muscles.

(revenez à l'index)

Cortex: Portion du cerveau qui entoure la partie centrale.

(revenez à l'index)

DBS: «Deep Brain Stimulation» stimulation cérébrale profonde ou stimulation profonde du cervaux.

(revenez à l'index)

Dénervation périphérique sélective: L'ablation des nerfs à leur point d'entrée dans les muscles qui se contractent.

(revenez à l'index)

Dermatome: Territoire cutané innervé par les fibres nerveuses provenant d’une seule racine nerveuse rachidienne ayant pour origine un seul segment médullaire ou myélomère.

(revenez à l'index)

Désafférentation: ou «déafférentation sensitive» est la perte des afférences, ou informations sensitives, provenant de la périphérie. Elle est à l’origine des douleurs par désafférentation sensitive. Voir... Douleurs neuropathiques

(revenez à l'index)

Dopamine: Messager chimique du cerveau qui assure des mouvements fluides, coordonnés ainsi que d'autres fonctions cognitives. La dopamine a également une action anti-prolactine.

(revenez à l'index)

Douleur auto-entretenue: Pérennisation de douleurs après disparition de la cause. Voir... algodystrophie

(revenez à l'index)

Douleur centrale: Douleur associée à une lésion du système nerveux central.

(revenez à l'index)

Douleur idiopathique: Douleur sans pathologie organique.

(revenez à l'index)

Douleur lancinante: Pointes de douleur aiguë excessive dans la zone affectée qui semble venir de nulle part.

(revenez à l'index)

Douleurs neuropathiques: Douleurs consécutives à une lésion du système nerveux périphérique ou central. Elles surviennent en l’absence de stimulation nociceptive périphérique, à la différence des douleurs par excès de nociception, fréquentes au cours de la vie d’un individu. Elles furent appelées initialement douleurs de désafférentation, les termes de douleurs neurogènes ou douleurs neurologiques ayant été également utilisés. Le terme de douleur neuropathique est aujourd’hui le plus usité car il n’a aucune autre connotation pathogénique que celle liée à une lésion nerveuse, et constitue donc une appellation nosologique consensuelle.
 
Ce genre de douleur est souvent décrit comme une sensation de brûlure, élancement ou un choc électrique. Certaines personnes la perçoivent également comme un engourdissement, comme une sensation de chaud ou de froid, ou une impression de picotement allant de pair avec la douleur.

(revenez à l'index)

Douleur projetée: Douleur perçue à distance de l’organe où siège la lésion responsable (synonyme: douleur référée)

(revenez à l'index)

Douleur référée: Douleur due à la sensibilisation de neurones spinaux et supraspinaux (mêmes myélomères)

(revenez à l'index)

Dysarthrie: Trouble de l'élocution lié à une atteinte neurologique.

(revenez à l'index)

Dysesthésie: Sensation désagréable et anormale qui peut être spontanée ou provoquée par une stimulation.

(revenez à l'index)

Dyskinésie: Mouvements involontaires et incontrôlables. Ces mouvements peuvent être comme des secousses ou peuvent ressembler à une danse, un roulis. Ils sont distincts des tremblements rythmiques associés aux syndromes parkinsoniens.

(revenez à l'index)

Dysesthésie paroxysmale: Pointes de douleur aiguë excessive dans la zone affectée qui semble venir de nulle part.

(revenez à l'index)

Dyskinésie tardive: Un des effets indésirables induit par les traitements neuroleptiques. C'est une réaction extra-pyramidale.

(revenez à l'index)

Dysmétrie: Difficulté de coordination caractérisée par un manque de mesure dans l'amplitude des mouvements musculaires.

(revenez à l'index)

Dysphagie: Difficulté à avaler.

(revenez à l'index)

Dysphonie: Altération de la voix.

(revenez à l'index)

Dysphonie spasmodique: Altération de la voix due à un spasme des cordes vocales.

(revenez à l'index)

Dyspnée: On distingue deux types de dyspnée. La difficulté à inspirer de l'air (ou faire entrer de l'air dans ses poumons) soit dyspnée inspiratoire et, la difficulté à expirer de l'air (ou faire sortir de l'air de ses poumons) de la dyspnée expiratoire.

(revenez à l'index)

Dystonie: D’un côté, il y a le phénomène dystonique, qui se définit par une contracture musculaire involontaire, soutenue, responsable de postures ou mouvements anormaux, de l’autre les maladies dystoniques, soit: • les dystonies primaires, • les dystonies “plus”, • les dystonies secondaires, • les dystonies hérédodégénératives, dont la manifestation principale est le phénomène dystonique précédemment défini.

(revenez à l'index)

Dystonie acquise: voir... Dystonie “secondaire”.

(revenez à l'index)

Dystonie d'attitude: ou «dystonie tonique», est une entité mal connue, survenant parfois dans les suites d'une algodystrophie caractérisée par une attitude fixée due à une hypertonie musculaire d'une région traumatisée.

(revenez à l'index)

Dystonie crânienne: voir... Dystonie crâniofaciale

(revenez à l'index)

Dystonie crâniofaciale: Désigne une dystonie qui touche les muscles de la tête, du visage et du cou.

(revenez à l'index)

Dystonie cervicale: Atteinte des muscles du cou et des épaules. Les spasmes musculaires forcent le cou à se pencher d'un côté (torticolis), vers l'avant (anticolis) ou vers l'arrière (rétrocolis). Le cou peut se contracter, tourner, présenter des secousses ou être bloqué de façon prolongée dans une seule direction.

(revenez à l'index)

Dystonie dopa-sensible: Désigné aussi sous le nom de Dystonie sensible à la L-Dopa, il s’agit d’une maladie rare. Parfois aussi appelée dystonie de Segawa du nom de celui qui l'a décrite pour la première fois, le docteur Masaya Segawa au Japon. Typiquement, cette forme de dystonie se développe chez l'enfant ou le jeune adulte et est souvent accompagnée d'une certaine rigidité et d'une maladresse faisant penser à la maladie de Parkinson. Le traitement avec la L-Dopa peut soulager presque complètement les symptômes. Cet effet bénéfique de l'agent dure indéfiniment.

(revenez à l'index)

Dystonie faciale: voir... Dystonie crâniofaciale

(revenez à l'index)

Dystonie focal: Syndrome dystonique touchant une seule région du corps. Plusieurs formes de dystonie focale (ou dystonie localisée) existent selon la région du corps impliquée.
Les plus fréquentes sont : • la dystonie cervicale, • la crampe de l’écrivain, • le blépharospasme, • la dystonie oromandibulaire et • la dystonie laryngée.

(revenez à l'index)

Dystonie de fonction: Apparaissent dans l'exercice d'une activité particulière (crampe des écrivains, crampes des instrumentistes ou crampes des musiciens).

(revenez à l'index)

Dystonie généralisée: Caractérisé par une dystonie débutant au niveau d'un membre (le plus souvent un pied équin) et extension fréquente et rapide en moins de cinq ans aux autres parties du corps pour aboutir à une dystonie généralisée.

(revenez à l'index)

Dystonies “hérédodégénératives”: Les dystonies hérédodégénératives renvoient à la notion d’un processus évolutif neurodégénératif et il est rare que la dystonie y soit isolée (Maladie de Wilson par exemple).

(revenez à l'index)

Dystonie laryngée: Porte sur les muscles à l'intérieur du larynx. Dans la dysphonie spasmodique des muscles adducteurs, les cordes vocales se rapprochent de très près, en particulier quand le sujet essaie de parler. La voix est forcée, rauque et n'est parfois qu'un murmure. Le sujet a parfois du mal à respirer.
 
Dans une forme de dysphonie spasmodique moins fréquente, les cordes vocales sont maintenues bien à l'écart les unes des autres la voix est basse et essoufflée. Parfois, la personne atteinte ne peut plus parler du tout.

(revenez à l'index)

Dystonie multifocale: Deux parties du corps ou plus, qui ne sont pas avoisinantes, sont affectées.

(revenez à l'index)

dystonies musculaires

(revenez à l'index)

Dystonie du musicien et de l’écrivain: Il s’agit d’un trouble moteur qui s’exprime par une contraction involontaire de groupes musculaires. Le plus souvent, ce sont les muscles des doigts et de la main qui sont touchés, mais aussi les muscles de l’embouchure pour les instrumentistes à vent.

(revenez à l'index)

Dystonie myoclonique sensible à l’alcool: Atteignant surtout la nuque et les membres supérieurs sous forme d’un torticolis/rétrocolis, d’une crampe d’écrivain ou d’un tremblement des doigts, la consommation d’alcool amène une amélioration « dramatique » dans la plupart des cas.

(revenez à l'index)

Dystonie neurovégétative: ou dystonie vagosympathique ou dysautonomie (issu du grec dus : difficulté, et tonos : ressort), ainsi appelée à tort alors qu'elle n'a aucun rapport avec des troubles moteurs, correspond à un trouble de la transmission de l'influx nerveux, dont l'origine est primitive ou secondaire.

(revenez à l'index)

Dystonie oromandibulaire: Parfois appelée «syndrome de Meige», les muscles du bas du visage se contractent de façon irrégulière. Parfois, les muscles de la mâchoire qui permettent d'ouvrir ou de fermer la bouche font des mouvements involontaires. Ce problème est habituellement associé à un blépharospasme.

(revenez à l'index)

Dystonie “plus”: L’identification des dystonies “plus” repose sur l’association d’un autre signe clinique (dopasensibles, sensibilité à l’alcool) à la dystonie (d’où la notion de «plus») et à l’absence de cause évidente.

(revenez à l'index)

Dystonie “primaire”: Les dystonies primaires (également nommée dystonie idiopathique) font appel à deux notions : • la dystonie est isolée cliniquement et • le bilan complémentaire ne montre pas de cause évidente.

(revenez à l'index)

Dystonie “secondaire”: Également nommée dystonie acquise, ce type de dystonie est secondaire à des lésions ou à la formation de cicatrices dans des petites zones du cerveau.

(revenez à l'index)

Dystonie segmentaires: Deux parties du corps (ou plus), qui sont avoisinantes, sont affectées.

(revenez à l'index)

Écholalie: Tendance spontanée à répéter systématiquement tout ou une partie des phrases.

(revenez à l'index)

Efférente (fibre): Caractérise une fibre nerveuse qui transmet les impulsions nerveuses des centres nerveux (moelle épinière, cerveau) vers la périphérie (synonyme: voies descendantes, par exemple les voies matrices).

(revenez à l'index)

EMG: L’« électromyogramme » ( ou EMG ) mesure et caractérise l’activité des muscles et permet de bien délimiter ceux mis en jeu dans la dystonie. Il consiste à enregistrer l’activité électrique spontanée d’un muscle au repos ou au cours d’un mouvement.

(revenez à l'index)

Encéphale: Ensemble des structures nerveuses contenues dans la cavité crânienne : le cerveau, le tronc cérébral et le cervelet.

(revenez à l'index)

Endorphines, enképhalines: Substances synthétisées par le système nerveux (synonyme: ligands endogènes) qui jouent le rôle de neurotransmetteur ayant une action morphinomimétique.

(revenez à l'index)

Éphapse: Connexion postlésionnelle entre deux fibres nerveuses.

(revenez à l'index)

Épidurite: Lésion inflammatoire de l’espace qui entoure la dure-mère intrarachidienne, cet espace étant constitué essentiellement de plexus veineux et de tissu graisseux.

(revenez à l'index)

Étiologie: Caractérise les causes de maladies.

(revenez à l'index)

Extra-pyramidale: Désigne le système moteur extrapyramidal, soit les circuits nerveux responsables de la motricité involontaire, notamment réflexe, et du contrôle de la posture.

(revenez à l'index)

Faisceau spinomésencéphalique: Transmet des informations somatiques et viscérales.

(revenez à l'index)

Faisceau spinothalamique: Transmet des informations cutanées somatique et viscérales.

(revenez à l'index)

Familiales: Un trouble qui est héréditaire et se produit dans plusieurs membres d'une famille élargie. Certaines formes de dystonie sont décrites de cette façon.

(revenez à l'index)

Fantôme: Image persistante d’une portion absente de l’organisme après son amputation.

(revenez à l'index)

Festination: Emballement de la marche (traînante, rapide et à petits pas).

(revenez à l'index)

Freezing: Phénomène de pieds collés au sol.

(revenez à l'index)

GABA: acide gama aminobutyrique

(revenez à l'index)

Ganglion: Amas de corps cellulaires de neurone (par exemple, le ganglion de Gasser ou les ganglions sympathiques).

(revenez à l'index)

Gène: Support matériel de l'hérédité situé sur les chromosomes à l'intérieur du noyau.

(revenez à l'index)

Génétique: Science de l'hérédité.

(revenez à l'index)

Génique: Qui concerne le gène.

(revenez à l'index)

Germinal: Qui se rapporte aux éléments reproducteurs des êtres vivants. Les cellules germinales sont les cellules reproductrices de l'organisme.

(revenez à l'index)

Glosso-pharyngien: C’est le neuvième nerf crânien responsable en particulier de la sensibilité du carrefour aéro-pharyngien et siège de la névralgie glosso-pharyngienne.

(revenez à l'index)

Héréditaire: Qui se rapporte aux antécédents familiaux.

(revenez à l'index)

HyperalgésieSensibilisation des afférences par des substances algogènes ou modification des voies nociceptives spinales expliquant le niveau anormalement élevé de la perception douloureuse.

(revenez à l'index)

Hyperesthésie: Perception disproportionnée d’une stimulation sensitive.

(revenez à l'index)

Hyperréflexie: Exagération des réflexes.

(revenez à l'index)

Hyperpathie: Syndrome douloureux induit par une stimulation cutanée et qui persiste après les stimulations.

(revenez à l'index)

Hypoalgésie: Perception diminuée d’une stimulation douloureuse.

(revenez à l'index)

Hypocondrie: État d’anxiété excessive d’un sujet à propos de sa santé.

(revenez à l'index)

Hypoesthésie: Diminution de la sensibilité à une stimulation, exception faite des systèmes sensoriels spécifiques.

(revenez à l'index)

Hypokinésie: Diminution du nombre de mouvement.

(revenez à l'index)

Hypophysiolyse: Destruction de l’hypophyse dans un but thérapeutique (synonyme: hypophysectomie).

(revenez à l'index)

Hystérie: Névrose caractérisée par un ensemble de manifestations neurologiques, psychiques et fonctionnelles, vécues comme telles malgré l’absence de toute atteinte pathologique.

(revenez à l'index)

Iatrogène: Qualifie une douleur ou tout autre symptôme provoqué inopinément par une thérapeutique.

(revenez à l'index)

Idiopathique: Dont la cause n'est pas connue.

(revenez à l'index)

Incidence: Nombre de nouveau cas par période donnée.

(revenez à l'index)

Inflammation: Ensemble de réactions locales (douleur, chaleur, rougeur et tuméfaction) provoquées par des agents physiques, chimiques, ou par des germes pathogènes,déclenchant une réaction défensive de l’organisme.

(revenez à l'index)

Insomnie: Sensation subjective d'un sommeil insuffisant, non réparateur, ou difficile à trouver.

(revenez à l'index)

Intrathécal: Signifie à l’intérieur du liquide céphalo-rachidien.

(revenez à l'index)

Irritabilité: Réponse anormale aux stimuli.

(revenez à l'index)

Ischémie: Insuffisance ou arrêt de la circulation du sang dans un tissu, un membre ou un organe.

(revenez à l'index)

Laryngée (crise): Il s'agit d'un «ictus laryngé», une suffocation s'accompagnant d'un engourdissement de la voix, de la toux et survenant par crises.

(revenez à l'index)

Lésion intracrânienne acquise

(revenez à l'index)

Lésions systématisées

(revenez à l'index)

Lévodopa: Précurseur de la dopamine. Utilisé dans le traitement de la MP pour compenser le manque de dopamine.

(revenez à l'index)

Lombalgie: Terme générique donné à toute douleur siégeant dans le “bas du dos”(plus communément “mal au dos”)

(revenez à l'index)

Maladie de Gilles de la Tourette: Tics violents accompagnés de coprolalie et d'une écholalie.

(revenez à l'index)

Maladie de Huntington: Il s'agit d'une maladie autosomique dominante (10/100 000) à l'origine d'un tableau clinique associant chorée et démence.

(revenez à l'index)

Maladies lysosomiales

(revenez à l'index)

Maladie de Parkinson: Affection dégénérative du système nerveux central, elle est la cause la plus fréquente des syndromes parkinsoniens dégénératifs. Les syndromes parkinsoniens ont en commun une réduction massive de l'activité des neurones dopaminergiques nigrostriataux.

(revenez à l'index)

Maladies péroxysomiales

(revenez à l'index)

Maladie de Segawa: C'est le «prototype» des dystonies dopa-sensibles.

(revenez à l'index)

Maladie de Wilson: Affection autosomique récessive rare du métabolisme du cuivre, à l'origine d'une accumulation de ce métal dans l'organisme (foie, système nerveux central et cornée principalement).

(revenez à l'index)

Médiateur: Substance chimique libérée par les fibres nerveuses et produisant en effet activateur ou inhibiteur sur les cellules voisines.

(revenez à l'index)

Mélange eutectique: Combinaison de deux produits aboutissant à la formation d’une huile (cf. lidocaïne + prilocaïne).

(revenez à l'index)

Micrographie: Écriture plus petite.

(revenez à l'index)

Migraine: Terme souvent utilisé d’une manière abusive pour désigner les céphalées, entité spécifique correspondant à la maladie migraineuse.

(revenez à l'index)

Monothérapie: Traitement médicamenteux ne comprenant qu'un seul médicament.

(revenez à l'index)

Mouvement choréique: Mouvement involontaire, rapide, brusque et régulier de faible amplitude et de localisation variable.

(revenez à l'index)

Mouvement Dystonique: Contractions musculaires involontaires prolongée, à l’origine de mouvements répétitifs de torsion (plus lents que dans la chorée), et/ou de prise de postures anormales.

(revenez à l'index)

Myalgie: Douleur d’origine musculaire.

(revenez à l'index)

Myectomie: Également connu sous le nom de Myotomie est un procédé chirurgical dont le médecin enlèvera une pièce du muscle trop actif.

(revenez à l'index)

Myéline: Substance lipidique et protidique qui entoure les fibres nerveuses pour leur former un manchon isolant. Plus la gaine de myéline est épaisse et plus la vitesse de conduction nerveuse est rapide.

(revenez à l'index)

Myoclonie: Contraction brusque (« en éclair ») et brève d'un ou plusieurs muscles réalisant ou non un déplacement segmentaire. Elles peuvent être de nature épileptique.

(revenez à l'index)

Neurasthénie: Affection psychiatrique faisant partie du groupe des névroses et qui se caractérise par l'asthénie.

(revenez à l'index)

Neurocomportemental: Relatif au comportement et aux effets sur le système nerveux.

(revenez à l'index)

Neurogénèse: Développement du système nerveux.

(revenez à l'index)

Neurone: Cellule nerveuse. C’est l’unité structurale, ou cellule noble, du système nerveux.

(revenez à l'index)

Neuropathie: Toute affection du système nerveux.

(revenez à l'index)

Neuropathie périphérique: Affection des nerfs périphériques.

(revenez à l'index)

Neurotomie: Section chirurgicale d’un nerf généralement sensitif.

(revenez à l'index)

Neurotoxique: Également appelée neurotoxine, se dit d'un produit toxique pour le système nerveux.

(revenez à l'index)

Neurotransmetteur: C'est une substance chimique, également appelée médiateur chimique, qui transmet un message chimique des cellules nerveuses. Il agit sur un récepteur (macromolécule portant des sites chimiques capables de recevoir des molécules endogènes ou exogènes) spécifique pour produire un effet. Il y a de nombreux neurotransmetteurs tels que : l'acétylcholine, la dopamine, etc.

(revenez à l'index)

Névralgie: Syndrome clinique caractérisé par des douleurs siégeant dans le territoire d’un nerf sensitif crânien ou rachidien.

(revenez à l'index)

Névralgie cervico-brachiale: Douleurs cervicales associées à des irradiations douloureuses dans le membre supérieur atteignant généralement la main.

(revenez à l'index)

Névralgie crurale: Douleur d’origine radiculaire (racine L4) siégeant sur la face antérieure de la cuisse et descendant jusqu’au genou.

(revenez à l'index)

Névralgie faciale: Douleur siégeant dans le territoire du nerf trijumeau, ou cinquième nerf crânien, assurant la sensibilité de la face (synonyme: névralgie du trijumeau ou névralgie trigéminale).

(revenez à l'index)

Névralgie sciatique: Douleur d’origine radiculaire (racine L5 et/ou S1) siégeant à la face postérieure du membre inférieur et irradiant jusqu’au pied.

(revenez à l'index)

Névrite: Inflammation d'un nerf.

(revenez à l'index)

Névrome: Cicatrice nerveuse se développant d’une manière anarchique sur la tranche de section d’un nerf.

(revenez à l'index)

NGF: facteur de croissance neuronale Nocicepteur: Récepteur périphérique préférentiellement sensible à un stimulus douloureux (ou nociceptif), ou d’un stimulus qui deviendrait nocif s’il se prolongeait.

(revenez à l'index)

Pallidotomie: Intervention détruisent de façon intentionnelle des zones limitées du pallidum.

(revenez à l'index)

Paraparésie: Diminution modérée de la force motrice des deux membres inférieurs.

(revenez à l'index)

Paraplégie: Perte des fonctions motrices et sensitives de deux membres.

(revenez à l'index)

Parésie: Paralysie légère avec diminution de la force musculaire.

(revenez à l'index)

Paresthésie: Anomalie de la perception des sensations ou sensation subjective spontanée non douloureuse.

(revenez à l'index)

PCA: analgésie contrôlée par le patient (ACP) ou analgésie autocontrôlée (AAC)

(revenez à l'index)

Pénétrance: Fréquence avec laquelle un gène entraîne une maladie chez un individu. Cette fréquence n’est pas la même d’un individu à l’autre.

(revenez à l'index)

Peptides: Substances organiques constituées par une chaîne d’acides aminés.

(revenez à l'index)

Placebo: Substance inactive qui remplace un médicament.

(revenez à l'index)

Préclinique: Avant le diagnostique.

(revenez à l'index)

“pseudo-dystonies”

(revenez à l'index)

Psychose: Désigne un groupe de maladies mentales caractérisées par une altération de la personnalité et une perte de contact avec la réalité.

(revenez à l'index)

Ptôsis: Descente des paupières provoquée par la faiblesse ou la paralysie d'un muscle releveur de la paupière supérieure.

(revenez à l'index)

Radicotomie cervicale antérieure: Sectionnement des nerfs menant aux racines nerveuses profondes dans le cou, près de la moelle épinière.

(revenez à l'index)

Ramisectomie: Procédé chirurgical, où le médecin qui exécute coupe le nerf qui innerve le muscle trop actif.

(revenez à l'index)

Résection musculaire: Sectionnement d'un ou de plusieurs muscles du cou qui se contractent.

(revenez à l'index)

Rigidité: Augmentation de la résistance lors de mouvements passifs d'un membre.

(revenez à l'index)

SDRC: Le terme Syndrome Douloureux Régional Complexe de type I et II est utilisé depuis 1995, date à laquelle l’Association internationale pour l’étude de la douleur (IASP) considéra que les noms de dystrophie réflexe sympathique (DRS) ou algoneurodystrophie et causalgie représentaient de façon inadéquate le spectre complet des signes et symptômes observés. Le terme «complexe » fut ajouté pour transmettre l’idée que ces syndromes expriment des signes et symptômes variés.

(revenez à l'index)

Seuil douloureux : La plus faible expérience de douleur qu’un sujet peut reconnaître.

(revenez à l'index)

Somesthésie : Ensemble des perceptions sensitives relatives à la connaissance et à la reconnaissance de notre corps.

(revenez à l'index)

Spasme hémifacial: Condition non dystonique impliquant différents muscles sur un côté du visage, incluant souvent la paupière, et causé par l'irritation du nerf facial. Les contractions musculaires sont plus rapides et éphémères que ceux du blépharospasme, et la condition est toujours limitée à un seul côté.

(revenez à l'index)

Stéréotaxie : Technique neurochirurgicale utilisant des repères radiologiques permettant d’atteindre avec une très grande précision (de l’ordre du mm), par technique percutanée, des structures cérébrales profondes.

(revenez à l'index)

Stupeur: Suspension de toute activité physique et psychique.

(revenez à l'index)

Synapse : Site de connexion entre deux neurones, où s’effectue la transmission de l’activité nerveuse par la libération d’un neurotransmetteur qui traverse la fente synaptique.

(revenez à l'index)

Syndrome : Ensemble de signes et de symptômes constituant un aspect d’une maladie et réalisant une entité clinique parfaitement reconnaissable.

(revenez à l'index)

Syndrome asphyxique périnatal

(revenez à l'index)

Syndrome d'impatience des membres inférieurs: Besoin impérieux des bouger les membres inférieurs souvent provoqués par des paresthésies (sensations désagréables difficiles à définir : fourmillements, picotements). Ces paresthésies apparaissent au repos et sont soulagées par le mouvement ; elles sont maximales le soir et la nuit. Ce syndrome est la plupart du temps associé à des mouvements périodiques du sommeil (mouvements brefs des membres se répétant à intervalles réguliers). Il existe une importante composante familiale à ce trouble, qui serait lié à des troubles dopaminergiques. Il faut dans un premier temps recherché une carence en fer ou en folates. L'évaluation diagnostique et l'indication d'un traitement (agoniste dopaminergique, opiacés ou benzodiazépine) s'effectue en milieu spécialisé (neurologie ou centre du sommeil).

(revenez à l'index)

Syndrome de Gerhardt: Paralysie des dilatateurs de la glotte. Le plus souvent il est progressif, caractérisé par une dyspnée laryngée d'effort puis permanente, même au repos.

(revenez à l'index)

Syndrome des jambes sans repos: voir... Syndrome d'impatience des membres inférieurs

(revenez à l'index)

Syndrome malin des neuroleptiques: Tableau de perturbations neuro-végétatives sévères survenant généralement dans les suites (quelques heures à quelques jours) de l'instauration d'un traitement neuroleptique. Il associe des troubles de la conscience (confusion, hallucinations...), des symptômes neurologiques ( réaction extra-pyramidale, dystonies..) et neuro-végétatifs ( fièvre, labilité tensionnelle, hypersudation...).

(revenez à l'index)

Syndrome parkinsonien

(revenez à l'index)

Système nerveux: Ensemble des centres nerveux et des nerfs qui assurent la commande et la coordination des viscères et de l'appareil locomoteur, la réception des informations sensorielles ainsi que les fonctions psychiques et intellectuelles. D'un point de vue anatomique, on distingue le système nerveux central (SNC) et le système nerveux périphérique (SNP).

(revenez à l'index)

Système nerveux autonome: Partie du système nerveux responsable du contrôle des fonctions corporelles qui ne sont pas exécutées consciemment, incluant le rythme cardiaque, les mouvements intestinaux, la sudation, etc.

(revenez à l'index)

Système nerveux central: Il se situe à l'intérieur du crâne et de la colonne vertébrale. Il comprend l'encéphale (cerveau, cervelet et tronc cérébral) et la moelle épinière. Il est responsable de l'émission des influx nerveux (modifications physico-chimiques qui se propagent le long des fibres nerveuses) et de l'analyse des données sensitives.

(revenez à l'index)

Système nerveux périphérique: Il est composé des nerfs qui irradient vers tous les points de l'organisme. Il comprend les nerfs crâniens et spinaux qui sortent de l'encéphale et de la moelle épinière. Il est responsable de la transmission des influx nerveux vers ou à partir de nombreuses structures de l'organisme.

(revenez à l'index)

Tétanique: Se dit d'une contraction musculaire persistante.

(revenez à l'index)

Thalamotomie: Intervention détruisent de façon intentionnelle des zones limitées du thalamus.

(revenez à l'index)

Thalamus: Le thalamus fait partie des noyaux gris centraux. Zone de forme ovoïde, constituée d'une paire de noyaux gris centraux, située à la partie profonde du cerveau de part et d'autre du troisième ventricule. On distingue des noyaux relais, des noyaux réticulaires et des noyaux associatifs. Le thalamus possède de nombreuses fonctions. Essentiellement, il constitue le relais intracérébral des voies de la sensibilité consciente, et particulièrement des voies optiques. C'est également le centre de réflexes émotionnels, c'est-à-dire pouvant se manifester sans que le cortex cérébral (système nerveux de la volonté) intervienne.

(revenez à l'index)

Thermographie: Étude pour mesurer la chaleur produite par différentes parties du corps.

(revenez à l'index)

Tics: Mouvements involontaires, brusques, reproduisant des mouvements usuels. Les tics sont augmentés par le stress ou l'anxiété et diminués par le contrôle volontaire.

(revenez à l'index)

Tic douloureux: Synonyme de névralgie faciale ou névralgie du trijumeau.

(revenez à l'index)

Torticolis spasmodique: voir... Dystonie cervicale.

(revenez à l'index)

Toxine botulinique: La toxine botulinum est produite par la bactérie Clostridium botulinum. L'efficacité de la toxine semble être due à l'obtention d'un affaiblissement du muscle suffisant pour réduire le spasme, mais pas pour entraîner une paralysie. Cet agent agit en bloquant la transmission au niveau de la jonction neuromusculaire.

(revenez à l'index)

Tremblement: Mouvement involontaire, rythmé, battant à fréquence constante. On distingue le tremblement de repos (caractéristique de la maladie de Parkinson), le tremblement postural et d’action (tremblement essentiel) et le tremblement d’action et d’intention (tremblement cérébelleux).

(revenez à l'index)

Tronc cérébral: Partie du névraxe située entre le cerveau et la moelle épinière. Le névraxe comprend, de haut en bas : le bulbe rachidien, la protubérance et le mésencéphale. En arrière du névraxe est connecté le cervelet.

(revenez à l'index)

Trophique: Résultant de l’interruption d’un apport nerveux.

(revenez à l'index)

Vitamine E: ou tocophérol est une vitamine liposoluble (c'est-à-dire soluble dans les lipides, mais insoluble dans l'eau). Elle est reconnue comme étant essentiellement un antioxydant, elle freine le vieillissement cutané et assure la stabilité des structures cellulaires. Elle pourrait aussi protéger de la maladie de Parkinson en empêchant l'oxydation des acides gras oméga-3 et du fer. Il semblera également qu'un apport de vitamine E améliorerait les symptômes de la dyskinésie tardive.

(revenez à l'index)

Zone gâchette (trigger zone): point dont le contact déclenche un accès douloureux et/ou spasme.

(revenez à l'index)


 
Avertissement

Le contenu de ce site n'est offert qu'à des fins strictement informatives et dans l'intention de donner matière à une discussion avec votre médecin ou un autre professionnel de la santé qualifié. Ne négligez jamais un conseil que vous aura prodigué votre médecin ou un autre professionnel de la santé qualifié. Sollicitez toujours l'avis d'un médecin ou d'un autre professionnel de la santé agréé à propos de toute question que vous avez sur un problème de santé et un traitement. Les renseignements fournis par ce site ne remplacent pas une consultation médicale.