**Notice - Attention**
 
This page uses CSS to present the content in the best possible manner. If you can see this message, then CSS is not enabled in your browser, and the page will not appear as the designer intended.
 
Cette page utilise CSS pour une meilleur presentation du contenu. Si vous pouvez lire ce message, alors c'est que CSS n'est pas activé, et cette page n'est pas rendu telle que le concepteur la prévu.
 
******************************************************

 
 
Citation

Près de toi je suis bien, loin de toi, je suis rien.

-


© Copyright 2006 - JLS-1954 - Citations PhP Simple

 
 
VOTRE APUIS / DON
Faites un don - Recherchez un organisme de bienfaisance
 

Vous êtes ici :   Accueil > Info Dystonie > secondaires > Médicamenteuse

 

Médicamenteuse

Dystonie d’origine médicamenteuse

On reproche à certains médicaments d’être la cause de réactions dystoniques.  Ces agents ne sont pas régulièrement la cause de dystonie, mais peuvent aggraver le problème dystonique qui existe déjà.

Dans la plupart des cas, les personnes ne développent une réaction dystonique aiguë qu’après un temps d'exposition au médicament. Les symptômes peuvent inclure des contractions spasmodiques ou soutenues par intermittence involontaires des muscles du visage, du cou, du tronc, du bassin et des extrémités. Les symptômes sont généralement transitoires et peuvent être traitées avec succès, avec des médicaments tels que du Benadryl ® (diphenhydramine).

Un autre type de dystonie d’origine médicamenteuse est appelée «dystonie tardive». Cette dystonie tardive est une forme de dyskinésie tardive, qui inclue des mouvements involontaires qui ressemblent à des troubles du mouvement multiple.  Le terme «tardive» signifie et  indique que la condition se produit quelque temps après l'exposition au médicament.  Les termes «dystonie» et «dyskinésie» signifient et décrivent les types de mouvements impliqués. Ces dyskinésies tardives sont des syndromes neurologiques causés par l'exposition à certains médicaments, à savoir d’une classe de médicaments appelés neuroleptiques qui sont utilisés pour traiter les troubles psychiatriques, certaines affections gastriques et certains troubles du mouvement.  Le degré d'exposition à ces médicaments varie considérablement d’un patient à un autre. Ces genres de dystonie et de dyskinésie tardive peuvent  également se développer comme un symptôme, suite à un traitement prolongé avec  de la lévodopa chez certains patients parkinsoniens.

Les médicaments appartenant à cette classe de neuroleptiques incluent (nom commercial figurant entre parenthèses): Acetohenazine (Tindal ®), amoxapine (Asendin ®), la chlorpromazine (Thorazine ®), fluphénazine (Permitil ®, Prolixin ®), l'halopéridol (Haldol ®), loxapine (Loxitane ®, Daxolin ®), mésoridazine (Serentil ®), metaclopramide (Reglan ®), molinndone (Lindone ®, Moban ®), perphanzine (Trilafrom ®, Triavil ®), piperacetazine (Quide ®), prochlorperzine (Compazine ®, Combid ®), promazine (Sparine ®), prométhazine (Phenagran ®), thiéthylpérazine (Torecan ®), la thioridazine (Mellaril ®), thiothixene (Navane ®), trifluopérazine (Stelazine ®), triflupromazine (Vesprin ®), et triméprazine (Temaril ® ).

Les symptômes peuvent se développer après quelques semaines ou voir des années d'exposition au médicament. Ces deux dystonies tardives impliquent généralement (mais sans nécessairement s'y limiter) les muscles du visage. Les symptômes peuvent également inclure des spasmes musculaires du cou, du tronc et/ou des bras.

Les mouvements typiques de ce genre de dystonie tardive sont généralement plus lents et plus soutenus que les autres dyskinésies, quoique la présence d'un tremblement dystonique en opposition avec le mouvement dystonique principale puisse provoquer une apparence plus rapide du mouvement.  Les dyskinésies sont généralement caractérisées par de rapides mouvements saccadés qui peuvent inclure un visage grimaçant, protrusion de la langue, un claquement des lèvres ou de les plisser et les clignements des yeux.  Les bras, les jambes et le tronc peuvent également être impliqués. Les mouvements des doigts peuvent paraitre comme si l'individu joue de la guitare ou du piano «invisible».

La fréquence et la nature des mouvements peuvent  fluctuer.  La condition principale (par exemple si les symptômes sont surtout dystoniques) dictera généralement  le cours du traitement.

Les termes utilisés pour décrire les dystonies d’origine médicamenteuse sont notamment: dystonie tardive, dyskinésie tardive et réaction dystonique aiguë.

 

Traitement

Le traitement  de ces dyskinésies tardives doit normalement s'accompagner d'un retrait graduel du médicament incriminé. Si les neuroleptiques demeurent un élément crucial au traitement d'un individu, une nouvelle catégorie de médication dite «atypique», soit un neuroleptique comme la clozapine, l'olanzapine ou la quétiapine pourrait être un substitut adéquat.  Les anticholinergiques (tels que trihexyphenidyl et benztropine) et les relaxants musculaires, utilisés pour traiter d'autres formes de dystonies, peuvent également être utiles.  Le baclofène et le clonazépam sont parfois aussi utilisés pour traiter la dystonie tardive. Les injections de toxine botulique, à un groupe musculaire particulier, sont une option supplémentaire pour le traitement.

Comme pour le traitement de la dystonie tardive, le traitement de ces dyskinésies tardives est très spécifique à chaque individu. La première étape est de minimiser ou de supprimer progressivement l'utilisation du médicament incriminé. Dans de nombreux cas,  interrompre ou réduire la dose du remède qui est en cause est suffisant pour atténuer les symptômes. Des médications de substitution peuvent être recommandées pour remplacer les neuroleptiques. Dans certains cas, les symptômes persistent après que l'utilisation du médicament a été éliminée.   Avec une gestion rigoureuse,  les symptômes peuvent finalement s’améliorer et/ou disparaître avec le temps. D'autres médicaments comme les benzodiazépines, les antagonistes adrénergiques et les agonistes dopaminergiques peuvent également être bénéfiques.
 

• Informez un ami !   • Avertissements !

 

Le contenu de cette page est destiné à vous informer sur la dystonie. Elle ne se substitue pas à une consultation médicale. Elle a pour but de favoriser le dialogue avec votre médecin. N'hésitez pas à lui faire préciser les points qui ne vous paraîtraient pas suffisamment clairs et à demander des informations supplémentaires sur votre cas particulier. En effet, certaines informations contenues dans cet article peuvent ne pas être adaptées à votre cas… il faut se rappeler que chaque individu est particulier. Seul le médecin peut donner une information individualisée et adaptée.

Informez un ami!

 

 

 

 
<   haut de page   >