**Notice - Attention**
 
This page uses CSS to present the content in the best possible manner. If you can see this message, then CSS is not enabled in your browser, and the page will not appear as the designer intended.
 
Cette page utilise CSS pour une meilleur presentation du contenu. Si vous pouvez lire ce message, alors c'est que CSS n'est pas activé, et cette page n'est pas rendu telle que le concepteur la prévu.
 
******************************************************

 
 
Citation

Notre vie est un livre qui s'écrit tout seul. Nous sommes des personnages de roman qui ne comprennent pas toujours bien ce que veut l'auteur.

- Julien Green


© Copyright 2006 - JLS-1954 - Citations PhP Simple

 
 
VOTRE APUIS / DON
Faites un don - Recherchez un organisme de bienfaisance
 

Vous êtes ici :   Accueil > Info Dystonie > hémifacial

 

hémifacial

Le spasme hémifacial

En ce qui concerne la terminologie de « hémispasme facial » ou « spasme hémifacial », les avis sont partagés et il n'y a pas vraiment de consensus.

Premièrement une petite précision sur l'épellation « spasme hémifacial »…

Spasme hémifacial - une condition non dystonique impliquant différents muscles sur un côté du visage, incluant souvent la paupière, et causé par l'irritation du nerf facial. Les contractions musculaires sont plus rapides et éphémères que ceux du blépharospasme, et la condition est toujours limitée à un seul côté.

Dans sa forme la moins sévère, le spasme hémifacial ne provoque qu'un léger inconfort. Il peut néanmoins défigurer la personne qui en souffre et gêner ses rapports avec les autres. Dans les cas les plus graves, la fermeture incontrôlée des paupières peut gêner la vision. Cependant, l'autre oeil n'étant en général pas affecté, le spasme hémifacial ne provoque pas de perte de la vision.

Les hommes et les femmes d'âge moyen en sont atteints avec une fréquence similaire.
 

Symptômes

Les symptômes du spasme hémifacial évoluent progressivement. Les premiers spasmes peuvent apparaître au niveau des muscles qui entourent l'œil, pour ensuite s'étendre aux autres muscles du même côté du visage, en particulier aux muscles de la mâchoire et de la bouche. Au moment de chaque spasme, certains individus ressentent comme un claquement dans l'oreille, du côté affecté. Le spasme hémifacial a tendance à affecter plus souvent le côté gauche que le côté droit du visage.

Le spasme hémifacial présente en général moins de variations que la dystonie. Cependant, certains individus trouvent que leur état empire lorsqu'ils sont stressés, et qu'il s'améliore lorsqu'ils sont allongés. Généralement le spasme persiste durant le sommeil. Quelques personnes peuvent être améliorées par l'ingestion d'alcool, mais les quantités nécessaires pour obtenir cet effet sont telles, que ceci ne constitue pas une option thérapeutique envisageable.
 

Cause

Les causes du spasme hémifacial ne sont pas encore parfaitement connues. Les médecins pensent actuellement qu'il s'agit d'un désordre mécanique dû à l'excitation du nerf facial dans le cerveau, le plus souvent par compression due à un vaisseau artériel.

Ou encore qu'après une paralysie faciale, la régénérescence des fibres nerveuses peut se faire anormalement. Le plus souvent, ces fibres se reconnectent avec leurs muscles d'origine, qui redeviennent fonctionnels. Plus rarement, ces reconnexions se font de manière paradoxale, avec d'autres muscles que ceux qui étaient initialement innervés par ces fibres. Dans ces cas, la transmission d'un influx nerveux dans le territoire du nerf facial va se solder par une contraction d'un «mauvais» muscle. Cette régénérescence aberrante explique les possibles mouvements de la bouche lorsque la personne ferme un œil, ou à l'inverse, une fermeture de la paupière lorsque la personne sourit ou qu'il mobilise ses lèvres.
 

Diagnostic

Le diagnostic est évoqué sur les descriptions réalisées par la personne des principales manifestations de sa maladie. Ajouter des informations de l'examen physique et neurologique, le diagnostic est donc uniquement clinique.
 

Traitement

Quelques rares individus réagissent bien à des médicaments - dont le clonazépam (KLONOPIN®, RIVOTRIL®), lorazépam (ATIVAN®, APO-LORAZEPAM®, NOVA-LORAZEPAM®, NU-LORAZ®, PMS-LORAZEPAM®, DOM-LORAZEPAM®), et trihexyphénidyle (ARTANE®) - cependant, de tels médicaments doivent être administrés à long terme, et entraînent en général des effets secondaires sans pour cela offrir des résultats toujours satisfaisants.

L'un des traitements les plus efficaces pour le « spasme hémifacial » est des injections de neurotoxine botulique (BOTOX®, XEOMIN®) dans les muscles touchés. Une très faible quantité en est injectée sous la peau des régions atteintes. Les injections prennent effet en quelques jours, relâchant et affaiblissant les muscles responsables des spasmes. La plupart des neuroophtalmologues et quelques neurologues et ophtalmologues pratiquent l'injection de la neurotoxine botulique (BOTOX®, XEOMIN®). Ceci s'effectue dans le cabinet du médecin, une séance ayant une durée de 5 à 10 minutes. L'effet s'épuise au bout de 3 mois environ et une nouvelle séance est alors nécessaire. Les effets secondaires sont rares, notamment des ecchymoses aux lieux d'injection, et, plus rarement une chute temporaire de la paupière (ptose) ou une vision double transitoire (diplopie).

Si les injections de neurotoxine botulique et les médicaments ne sont pas efficaces, la chirurgie peut parfois être utile, par la mise en place d'une petite éponge entre le nerf et le vaisseau sanguin (« décompression » du nerf facial). Oui, il existe un certain nombre de procédures chirurgicales qui peuvent soulager les personnes souffrant d'un spasme hémifacial. Elles sont souvent efficaces, mais peuvent entraîner des effets secondaires importants. Pour ces raisons, que dans certains cas, elles sont réservées aux patients souffrant d'un spasme hémifacial grave et invalidant et/ou à ceux chez qui le traitement par la toxine botulique est sans effet.

Les démarches personnelles, comprenant les techniques de relaxation, l'homéopathie, l'acupuncture, et une surveillance alimentaire, ne semblent pas apporter de réels bénéfices aux personnes atteintes d'hémispasme facial, Il est important de toujours garder une attitude positive. Essayez de vous informer le mieux possible sur l'hémispasme facial et de parler à d'autres personnes qui en sont atteintes, cela vous aidera sans doute à accepter votre maladie et vous permettra d'apprendre à faire face aux symptômes.

Même si le spasme hémifacial n'est pas considéré comme une dystonie, ces deux maladies ont beaucoup en commun et des associations de malades souffrants de dystonie existent et peuvent vous apporter leur soutien et vous fournir des informations. Vous pouvez demander les coordonnées à votre médecin. Il est important que votre famille et vos amis vous aident. Il leur serait peut-être bénéfique d'en savoir davantage sur le spasme hémifacial afin de mieux comprendre vos problèmes.
 

• Informez un ami !   • Avertissements !

 

Le contenu de cette page n'est offert qu'à des fins strictement informatives et dans l'intention de donner matière à une discussion avec votre médecin ou un autre professionnel de la santé qualifié. Ne négligez jamais un conseil que vous aura prodigué votre médecin ou un autre professionnel de la santé qualifié. Sollicitez toujours l'avis d'un médecin ou d'un autre professionnel de la santé agréé à propos de toute question que vous avez sur un problème de santé et un traitement. Les renseignements fournis par cette page ne remplacent pas une consultation médicale.

Informez un ami!

 

 

 

 
<   haut de page   >