**Notice - Attention**
 
This page uses CSS to present the content in the best possible manner. If you can see this message, then CSS is not enabled in your browser, and the page will not appear as the designer intended.
 
Cette page utilise CSS pour une meilleur presentation du contenu. Si vous pouvez lire ce message, alors c'est que CSS n'est pas activé, et cette page n'est pas rendu telle que le concepteur la prévu.
 
******************************************************

 
 
Citation

Qui me trompe une fois, honte à lui ; qui me trompe deux fois, honte à moi.

- Proverbe Anglais


© Copyright 2006 - JLS-1954 - Citations PhP Simple

 
 
VOTRE APUIS / DON
Faites un don - Recherchez un organisme de bienfaisance
 

Vous êtes ici :   Accueil > Info Dystonie > focale > crampe du musicien

 

crampe du musicien

La crampe du musicien

On nomme souvent cette dystonie focale, crampe du musicien en comparaison avec la crampe de l’écrivain, mais cette dénomination est fausse. Dans les deux cas, musicien et écrivain, il ne s’agit pas vraiment d’une crampe. Les crampes ( crampes musculaires ) diffèrent autant sur le plan clinique que des mécanismes physiopathologiques, et que du pronostic.

Cela dit, la crampe du musicien est une affection très grave sur le plan social et professionnel, touchant aussi bien les amateurs que les professionnels. Il s'agit d'une dystonie portant le plus souvent sur une fonction très précise et complexe, nécessitant un mouvement fin et répété. Le musicien en sera d'autant plus affecté que les troubles ne surviennent que durant le jeu. Il aura donc tendance à remettre en cause sa technique et son rythme de travail et travaillera encore plus, ce qui ne fera qu'accroître ses troubles.

La gêne est en général indolore, ce qui la différencie des syndromes de surutilisation («overuse syndrom»), conséquence d’un excès associé ou non à un défaut du geste.

Une prédisposition génétique est supposée en moins de 10% des cas de dystonie focale.

Les termes utilisés pour décrire la crampe du musicien comprennent : crampes professionnelles, dystonie focale, dystonie segmentaire et dystonie de tâches spécifiques
 

Symptômes

La crampe du musicien est caractérisée par un trouble de la coordination manuelle, totalement indolore, survenant au cours d’un geste professionnel, répétitif et hautement technique. Elle va occasionner un dérèglement de la coordination et une perte de rapidité, voire un blocage d’un ou plusieurs doigts d’une main au cours du geste technique.

La plupart des musiciens touchés décrivent les symptômes en termes de technique musicale (difficulté à faire des trilles, vibrato qui a changé, problème de tempo ... ), qui doit être mise en rapport avec le niveau antérieur du musicien et nécessite une grande connaissance de la musique pour traduire leurs termes musicaux en dénominations médicales :

  • Perte subtile de contrôle dans les passages rapides
  • Manque de précision, de fluidité du geste
  • Doigts se contractent irrémédiablement dès l'approche de l'instrument
  • Doigts «traînent» aux touches comme si les doigts devenaient autonomes de la pensée
  • Flexion involontaire du pouce dans des séquences

Dans la plupart des cas, la dystonie est présente uniquement dans le contexte de tâches spécifiques et, très souvent, uniquement lors d’un passage particulièrement technique. En dehors de ces circonstances particulières, aucun dysfonctionnement n’est constaté. Même, que certains multi instrumentaliste à vent rapport que la dystonie est présente qu'en jouant de la clarinette, mais pas en jouant du saxophone.

La dystonie apparaît extrêmement sensible aux stimulations sensorielles :

  • Un pianiste peut éprouver des symptômes en jouant sur les touches d'ivoire, mais pas en jouant sur les touches en plastique.
  • Parfois, la modification de la posture et même des expressions faciales affecte les spasmes dystoniques de la main.

Un tremblement peut ou ne pas être associé avec les spasmes.
 

Cause

Une variété d'états pathologiques peuvent entraîner des symptômes similaires.

Le facteur déclenchant le plus fréquent est un changement dans la technique et surtout dans la durée du jeu (préparation d'un concours, répétition d'un spectacle... ). Un changement d'instrument, un traumatisme physique ou psychologique sont également cités comme facteurs déclenchants.

Toutefois, d'autres facteurs, comme une prédisposition génétique, sont susceptibles d'avoir joué un rôle significatif dans le développement d'un tel dysfonctionnement sensori-moteur. En effet, dans un petit groupe touché par cette dystonie focale, la crampe du musicien peut être liée à d'autres dystonies. D'autres symptômes peuvent se développer... la crampe du musicien n'être qu'une manifestation initiale d'une dystonie segmentaire ou généralisée.
 

Diagnostic

Sur le plan médical, il faut éliminer les autres atteintes neurologiques (SEP .. ), et surtout le syndrome de surutilisation, qui est une pathologie inflammatoire musculaire, articulaire ou tendineuse due aux mouvements répétitifs, et dont le symptôme caractéristique est la douleur.

Le diagnostic de la crampe du musicien est fondé sur des informations de l'individu et l'examen physique et neurologique. L'examen des musiciens dystoniques consiste à faire pratiquer des exercices de difficultés croissantes, jusqu'à la «mise en échec». Cependant, le trouble est parfois très discret et nécessite un examen très minutieux, nécessitant un enregistrement vidéo. Parfois, le problème n'est décelable qu'à l'oreille.

À ce moment, il n'existe aucun test unique pour confirmer le diagnostic de la crampe du musicien, et dans la plupart des cas, des tests de laboratoire sont normaux.
 

Traitement

Il n'existe aucun traitement unique pour la dystonie en ce moment, mais bien que le traitement de la maladie peut être difficile, il ya plusieurs options disponibles et l'association judicieuse des différents traitements apporte dans un nombre de cas non négligeable une amélioration.

À ce jour, les solutions les plus pertinentes consistent en une rééducation spécialisée du schéma fonctionnel et/ou du réapprentissage instrumental. Cette rééducation est basée avant tout sur une déprogrammation des gestes nocifs, suivis d’une rééducation posturale avec ré-apprentissage tout d’abord de l’équilibre et de la statique axiale puis de la ceinture scapulaire, du membre supérieur et finalement de la main et des doigts. Le port d’une orthèse, la technique de biofeedback (auto-évaluation) et quelquefois le recours à de la médication orale, à des injections de toxines botuliniques, sont des adjuvants utiles.

Les anticholinergiques, tels que Artane® (trihexyphenidyl) et Cogentin® (benztropine), peuvent être utiles dans le traitement des dystonies focales en modifiant la transmission des messages du cerveau vers les muscles. Deux autres médicaments testés chez les musiciens sont le Propanolol® et le Nadolol®, des bêta-bloquant ou β-bloquant. Les benzodiazépines sont contre-indiquées du moment qu'elles semblent diminuer les performances musicales.

Les injections de toxine botulique (Botox®, Xeomin®) peuvent être utilisées pour contraindre l'organisme à créer un nouveau schéma fonctionnel par le blocage de l'influx nerveux aux muscles contractants. Les injections affaiblies temporairement le muscle, ainsi le spasme en est réduit.

C’est dans tous les cas, des traitements longs et intensifs, d’autant plus long que la prise en charge est tardive, qui peut durer 1 ou 4 ans.

Informez un ami!

 

 
<   haut de page   >